Flux RSS

#dpda: l’UMP gagne la bataille du live-tweet.

Publié le

Mardi soir, pendant l’émission Des Paroles et Des Actes à laquelle était invitée le candidat Nicolas Sarkozy, mon écran s’est retrouvé tout simplement inondé. Ma télévision va bien merci, je parlais de mon écran d’ordinateur et du live-tweet organisé autour du hashtag #dpda. 102.000 tweets en 3h30 de débats. Presque 500 à la minute donc. Nouveau record.

  • Ca s’organise!

Le live-tweet, on en a déjà parlé, c’est le fait de Twitter pendant une émission de télé. Très répandu aux Etats-Unis, en corrélation avec le rapport fusionnel -voire excessif- qu’ont une majorité d’américains avec Twitter, l’UMP vient peut-être de révolutionner son utilisation en France.

Live Tweet durant l'émission Des Paroles et des Actes 6 Mars 2012

C’est vrai, le live tweet existait déjà. Mais à la différence d’hier soir, il était spontané presque innocent. A titre de comparaison, les NRJ Music Awards (Je sais. Désolé.) n’avaient engrangé que quelques 13.000 tweets. On allumait la tv et on allait se moquer de la dernière coupe de Britney ou réagir sur les propos de Marine Le Pen. Là où l’UMP a mis l’opposition ko, c’est qu’il s’est organisé. Et de manière magistrale.

  • L’UMP, nouvelle machine à tweeter.

Habituellement plutôt dominé sur le net -Nicolas Sarkozy y apparaissant régulièrement champion de la popularité négative- l’UMP a mis en route une véritable machine pour contrer l’opposition sur le réseau social. En effet, dans toute la France, elle a mis a disposition toutes ses forces actives pour assiéger le réseau et re-tweeter les propos de leur candidat.

Photos du siège de l’UMP à Paris pendant l’émission. 200 militants soutiennent Nicolas Sarkozy sur Twitter. Plusieurs régions organiseront le même type de réunions.

Résultat en fin de soirée? Un rapport de force complètement à l’avantage des militants de droite. Avec un nouveau record de tweets pendant une émission, qui a réduit l’impact de l’opposition sur le réseau social. Le hashtag préféré des militants de gauche #sarkocasuffit ne réunira ainsi que 13% des tweets. Le succès de l’opération appelle à d’autres lendemains de veille numérique et sera probablement copié très bientôt par les autres forces politiques. Une aire nouvelle du militantisme?

  • Le débat se prolonge.

Grâce à Twitter, le débat n’est plus organisé qu’à la télé ou au bistrot. Déplacé à Internet, il traverse la France, mobilise. Dans un élan démocratique, la parole du citoyen fait jeu égal avec les personnalités publiques. On échange, défend son candidat. On retweet les meilleurs arguments pour leur donner une portée autrement plus puissante et on cherche la faille dans l’argumentation de l’opposant. Le live tweet est un jeu, un combat à la « Bref », concis, rapide, séquencé, où la petite phrase et la bonne répartie doivent faire mouche.

A ce jeu de mots, certains s’en sortent bien, d’autres perdent pied. Hier soir, au plus grand bonheur de beaucoup, Nadine Morano était de sortie. Finalement peu incisive, elle s’est largement contentée de retweeter le compte très actif de Nicolas Sarkozy. A gauche, Ségolène Royale a été agressive, mais surtout maladroite. Le mot de la fin restera aux bloggeurs, qui restent de loin les plus inspirés sur la toile. Décryptage des points forts de la soirée. En Tweets:

Questionné par un journaliste, Nicolas Sarkozy réfute les calculs de la Cour des Comptes. Le journaliste laissera passer, Twitter s’est embrasé:

Tout au long du débat, le compte officiel du candidat UMP reprendra les phrases chocs et propositions principales de l’actuel chef de l’Etat. Le débat avec Laurent Fabius a été un des moments les plus commentés de la soirée. A l’avantage du candidat UMP, son compte Twitter reprend:

Et à certains de le reprendre en vol:

Si la forme du débat a été maitrisée sur le plateau, le réseau a été plus propice à délier les langues. Ségolène Royale, charriée en fin de soirée par les utilisateurs, frôlait la Moranite aigüe:

Souvent ridiculisée  sur le réseau social, Nadine Morano était bien évidemment de la fête, mais avait revêtue l’habit de sobriété hier soir. Elle se pourfendra quand même d’une comparaison « en toute retenue » comme elle en a le secret:

Le mot de la fin donnera écho à celui accordé hier à Franz Olivier Giesbert. En charge de conclure l’émission, #FOG se fendra d’un concert de louanges pour le président qu’il ne prendra même pas la peine de masquer. La réponse de la twittosphère sera sanglante:  

Toujours très active sur la toile, la gauche a été sonnée hier soir par la riposte de l’UMP. Organisé et solidaire, le parti a mis en place une force collective redoutable a l’aube de la campagne numérique et donné une autre dimension au live tweet d’une émission politique. Assister à un engouement comme celui d’hier, c’est comme regarder une émission avec les sous-titres. Comme dans un match, les camps s’opposent et les opinions divergent. Aujourd’hui, la politique ne se discute plus au comptoir, mais derrière un clavier. #cqfd

À propos de Simon De Brito

Etudiant en Marketing, passionné de com' et glob-trotter, j'ai vécu et travaillé en France, aux Etats Unis et en Espagne ce qui me permet d'avoir un recul et une appréciation particulière sur l'utilisation de la communication et surtout des réseaux sociaux par les entreprises. Le cru 2012 étant présidentiel, j'étais curieux de savoir si cette campagne serait 2.0. Jeune et Com' était lancé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :