Flux RSS

2012: Twitter (encore) censuré!

Publié le

Image

Vous aviez sûrement entendu parler des comptes parodiques de Nicolas Sarkozy créés sur Twitter et supprimés lors de l’entrée en campagne du président-candidat. Alors que l’équipe de communication lui créait un compte sur le site de microblogging, elle faisait du zèle en censurant 4 autres profils dont @Sarkocasuffit et @_nicolassarkozy provoquant la colère des défenseurs de la liberté d’expression.

Aujourd’hui, on a encore assisté à un nouvel élan de démocratie. Pour rappel, le TT (Trending Topic) est une liste des hashtags # les plus populaires de la journée. Elle apparait sur les comptes Twitter de tous les utilisateurs en fonction d’un choix géographique: Monde, France, New York… Vers 15h aujourd’hui, apparait en TT France le hashtag #ToiAussiFaisPeurAuxEnfantsCommeSarkozy en réaction aux propos plus maladroits que méchants du Président. A 19h, celui-ci était effacé. Une disparition qui entraine quelques questions:

La critique est-elle toujours autorisée en France? Twitter supporte-t-il le gouvernement français ou a-t-il pouvoir de vie et de mort sur l’ironie au sein de son propre réseau?

Aux Etats Unis, Zuckerberg possède son fake @nozuckerberg et le @_nicolassarkozy a fonctionné pendant un an avant d’être censuré à deux mois de l’élection. Alors ingérence du gouvernement ou auto-censure de Twitter?

Pour ma part, cette intervention m’a rappelé la sortie de Reporter sans Frontières à propos de la décision de Twitter de calquer sa politique de censure sur les lois des pays. Décision qui aurait par exemple ralenti (empêché?) la diffusion du printemps arabe.

Image

Rien à ajouter.

Ps: Pour étayer ceci en chiffre, je rajouterais que  #ToiAussiFaisPeurAuxEnfantsCommeSarkozy a été remplacé par #optimisme2012. Au match des chiffres, le 1er récolte 879 mentions et le second… 181. Vous avez dit bizarre?

http://hashtagbattle.com/#battle/w/%23ToiAussiFaisPeurAuxEnfantsCommeSarkozy/%23optimisme2012

Publicités

Les réseaux sociaux ont-ils tué le blog politique?

Publié le

Image

A lire sur Express Yourself

En 2007, les politiques ont l’air de découvrir le web et ses avantages. La mobilisation qu’il peut entrainer mais aussi l’influence d’une frange de la population: le blogueur.

Le blogueur est alors chouchouté, encouragé, invité. Aujourd’hui, l’émergence des réseaux sociaux a réduit l’intérêt du blog. Entre 2007 et 2012, Facebook est passé de 4 à 25 millions d’utilisateurs en France. Une nouvelle interface d’échange est apparue. Grâce à Facebook et Twitter, tout le monde peut participer. Pas besoin d’une grande implication dans la vie politique pour partager une vidéo ou critiquer un candidat en 140 caractères. Le blog est de moins en moins un catalyseur d’opinions.

Le format et la concurrence ont également changé. En 2012, les politiques sont sur la blogosphère et les blogueurs sur les sites éditorialistes (Express Yourself, Désintox de Libé). Récupérés par les journaux, les blogueurs désertent leurs espaces personnels. D’après le blogueur Enikao, si on leur demande de conserver leur ton et leur style, l’environnement s’en trouve appauvri et les espaces se standardisent. En 2012, les battles de blogs se font… entre éditorialistes.  

Alors, les réseaux sociaux ont-ils tué le blog politique? Je vous laisse vous faire une idée avec l’excellent article d’Enikao. 

La suite sur Express Yourself.

Des Paroles et des Actes, Paroles de Candidats. Et le Pinocchio du jour est…

Publié le

Des Paroles et des Actes, Paroles de Candidats. Et le Pinocchio du jour est...

Véritomètre au 15 Mars 2012 après le passage des principaux candidats sur TF1 et France 2. Nicolas Sarkozy, François Hollande, François Bayrou, Marine Le Pen et Jean Luc Mélenchon sont passés au Véritomètre.

#dpda: l’UMP gagne la bataille du live-tweet.

Publié le

Mardi soir, pendant l’émission Des Paroles et Des Actes à laquelle était invitée le candidat Nicolas Sarkozy, mon écran s’est retrouvé tout simplement inondé. Ma télévision va bien merci, je parlais de mon écran d’ordinateur et du live-tweet organisé autour du hashtag #dpda. 102.000 tweets en 3h30 de débats. Presque 500 à la minute donc. Nouveau record.

  • Ca s’organise!

Le live-tweet, on en a déjà parlé, c’est le fait de Twitter pendant une émission de télé. Très répandu aux Etats-Unis, en corrélation avec le rapport fusionnel -voire excessif- qu’ont une majorité d’américains avec Twitter, l’UMP vient peut-être de révolutionner son utilisation en France.

Live Tweet durant l'émission Des Paroles et des Actes 6 Mars 2012

C’est vrai, le live tweet existait déjà. Mais à la différence d’hier soir, il était spontané presque innocent. A titre de comparaison, les NRJ Music Awards (Je sais. Désolé.) n’avaient engrangé que quelques 13.000 tweets. On allumait la tv et on allait se moquer de la dernière coupe de Britney ou réagir sur les propos de Marine Le Pen. Là où l’UMP a mis l’opposition ko, c’est qu’il s’est organisé. Et de manière magistrale.

  • L’UMP, nouvelle machine à tweeter.

Habituellement plutôt dominé sur le net -Nicolas Sarkozy y apparaissant régulièrement champion de la popularité négative- l’UMP a mis en route une véritable machine pour contrer l’opposition sur le réseau social. En effet, dans toute la France, elle a mis a disposition toutes ses forces actives pour assiéger le réseau et re-tweeter les propos de leur candidat.

Photos du siège de l’UMP à Paris pendant l’émission. 200 militants soutiennent Nicolas Sarkozy sur Twitter. Plusieurs régions organiseront le même type de réunions.

Résultat en fin de soirée? Un rapport de force complètement à l’avantage des militants de droite. Avec un nouveau record de tweets pendant une émission, qui a réduit l’impact de l’opposition sur le réseau social. Le hashtag préféré des militants de gauche #sarkocasuffit ne réunira ainsi que 13% des tweets. Le succès de l’opération appelle à d’autres lendemains de veille numérique et sera probablement copié très bientôt par les autres forces politiques. Une aire nouvelle du militantisme?

  • Le débat se prolonge.

Grâce à Twitter, le débat n’est plus organisé qu’à la télé ou au bistrot. Déplacé à Internet, il traverse la France, mobilise. Dans un élan démocratique, la parole du citoyen fait jeu égal avec les personnalités publiques. On échange, défend son candidat. On retweet les meilleurs arguments pour leur donner une portée autrement plus puissante et on cherche la faille dans l’argumentation de l’opposant. Le live tweet est un jeu, un combat à la « Bref », concis, rapide, séquencé, où la petite phrase et la bonne répartie doivent faire mouche.

A ce jeu de mots, certains s’en sortent bien, d’autres perdent pied. Hier soir, au plus grand bonheur de beaucoup, Nadine Morano était de sortie. Finalement peu incisive, elle s’est largement contentée de retweeter le compte très actif de Nicolas Sarkozy. A gauche, Ségolène Royale a été agressive, mais surtout maladroite. Le mot de la fin restera aux bloggeurs, qui restent de loin les plus inspirés sur la toile. Décryptage des points forts de la soirée. En Tweets:

Questionné par un journaliste, Nicolas Sarkozy réfute les calculs de la Cour des Comptes. Le journaliste laissera passer, Twitter s’est embrasé:

Tout au long du débat, le compte officiel du candidat UMP reprendra les phrases chocs et propositions principales de l’actuel chef de l’Etat. Le débat avec Laurent Fabius a été un des moments les plus commentés de la soirée. A l’avantage du candidat UMP, son compte Twitter reprend:

Et à certains de le reprendre en vol:

Si la forme du débat a été maitrisée sur le plateau, le réseau a été plus propice à délier les langues. Ségolène Royale, charriée en fin de soirée par les utilisateurs, frôlait la Moranite aigüe:

Souvent ridiculisée  sur le réseau social, Nadine Morano était bien évidemment de la fête, mais avait revêtue l’habit de sobriété hier soir. Elle se pourfendra quand même d’une comparaison « en toute retenue » comme elle en a le secret:

Le mot de la fin donnera écho à celui accordé hier à Franz Olivier Giesbert. En charge de conclure l’émission, #FOG se fendra d’un concert de louanges pour le président qu’il ne prendra même pas la peine de masquer. La réponse de la twittosphère sera sanglante:  

Toujours très active sur la toile, la gauche a été sonnée hier soir par la riposte de l’UMP. Organisé et solidaire, le parti a mis en place une force collective redoutable a l’aube de la campagne numérique et donné une autre dimension au live tweet d’une émission politique. Assister à un engouement comme celui d’hier, c’est comme regarder une émission avec les sous-titres. Comme dans un match, les camps s’opposent et les opinions divergent. Aujourd’hui, la politique ne se discute plus au comptoir, mais derrière un clavier. #cqfd

« The Capitalist » Sarkozy parodié façon Usa.

Publié le

La vidéo n’a pas encore fait le buzz, mais elle vaut le détour. Il y a deux jours, le Front de Gauche a parodié avec talent The Artist pour l’adapter à leur sauce Sarkoziste. Alors oui, vous me direz « encore une parodie de ce film ». C’est vrai, mais en réaliser une réussie, tant sarcastique que pertinente, c’est rare. Le faire en politique, c’est un exploit.

  • Ironie et justesse.

Gloire, désillusion et déboires, le court-métrage reprend la thématique du film et le présente comme le teaser de la fin du Président Sarkozy « The Capitalist – Fin de la tragédie le 6 Mai 2012 ». Teinté d’ironie, elle se veut pourtant juste, c’est à dire en accord avec le message que souhaite transmettre le parti. En appuyant sur les fêlures que présente l’armure du candidat. C’est d’ailleurs sur ce point qu’elle se rapproche fortement des vidéos des élections américaines.

  • « I am George W. Bush, and I approuve this message »

En 2004, George W. Bush est président et en quête d’un second mandat. Loin derrière le candidat démocrate John Kerry dans les sondages, il reviendra pourtant de nulle part et remportera l’élection présidentielle. Cette renaissance, il le devra à plusieurs facteurs, mais l’un des plus connus restera la discréditation publique de son opposant, au travers de spots publicitaires impitoyables. Celui qui restera surement dans les mémoire sera celui d’un John Kerry amateur de planche à voile « suivant la direction du vent » sur des questions majeures alors qu’il était sénateur. La guerre en Iraq, le budget de l’Etat, les indécisions de Kerry sont mises en avant dans un clip d’un sarcasme assassin qui participera au succès électoral de Bush dans les quelques Etats alors indécis.

La vidéo. Si les candidats à l’élection présidentielle américaine en abusent aujourd’hui (on se rappellera de Sarah Palin tirant au fusil d’assaut pour conforter le vote républicain), l’utiliser avec parcimonie et intelligence peut devenir un atout redoutable. Si le capitaine de pédalo ou autres Babar s’imprègnent mieux dans les esprits que de longs discours, c’est que l’humour et la dérision sont des armes puissantes, également en politique. Cette vidéo dans tous les cas, installe plus que jamais le Front de Gauche comme le parti d’opposition par excellence. Reste à voir maintenant si ce genre d’initiatives, a l’instar de la Vraie Timeline de Nicolas Sarkozy, sont capables d’ébrécher la défense du candidat-président. En attendant, c’est la première fois que je vibre sur la toile pendant cette campagne. Chapeau l’artiste.

The Capitalist – Fin de la tragédie le 6 Mai 2012

Publié le

03/03/12. Le Front de Gauche de Jean Luc Mélanchon publie cette parodie de The Artist en l’adaptant à Nicolas Sarkozy.

La vidéo rappelle les propagandes anti-candidats omniprésentes lors des campagnes américaines. Ici, Le message est cohérant avec le discours de son candidat et l’ironie fait mouche. Chapeau l’artiste.

G.W. Bush 2004: Spot contre John Kerry

Publié le

 » Dans quelle direction John Kerry dirigera? »
« Kerry a voté pour la guerre en Irak. Puis contre. Pour. Et maintenant il est contre à nouveau. »

« John Kerry, dans la direction vers lequel le vent souffle. »